La vie d’après

La vie d’après
Chapitre I. Aventures….
Isabelle 1

Vincent a rencontré Isabelle dans un bar où ils s’étaient donné rendez-vous…
Son profil avait été bien défini, en tant que relation sans lendemain, « On baise ou pas »…
Ce profil avait matché avec quelques femmes, la première ce fut elle…

Les autres, on verra…

Vincent a 43 ans, l’air sombre, il me fait penser au beau ténébreux…
Après des mois de galères, plus goût à rien, il s’est inscrit sur des sites de rencontre…
Histoire de croiser du monde virtuellement d’abord, de se définir…

Ce n’est pas facile de se projeter dans une Aventure…

Ce maître mot, Aventure, il l’a pris comme étendard pour ses recherches…
Pas de prise de tête, voir, goûter, s’amuser, prendre ce plaisir qui lui a filé entre les doigts.

Après « L’accident », le décès brutal de sa maîtresse, son futur amour, il est retourné avec sa femme, mais les liens étaient coupés, bien qu’elle n’ait rien su de son aventure avec Stéphanie, Laure l’avait envoyé boulé, disant qu’il baisait mal, et j’en passe…

Justement, elle en a bien voulu deux ou trois fois quand même, et même après leur séparation !
Mais il fallait que tout s’arrête, et qu’il reparte à zéro sentimentalement…

Pendant 3 mois, il a galéré, son profil ne marchait pas, trop sombre, trop « vieillot » et trop sentimental…
Le mot Aventure en avant, une autre description plus engageante, une photo plus valorisante, et voilà… Comme à la pêche, quand l’appât est meilleur, le poisson frétille…

Isabelle lui sourit dans ce bar où elle dénotait un peu, enseignante, jolie, un peu plus forte que son ex-femme, elle est d’accord avec lui sur bien des points.
Elle cherche aussi depuis pas mal de temps, mais c’est difficile de trouver dans la même ville, quelqu’un de précis, qui n’a pas menti sur son physique, son âge, ou son niveau…
Elle en a rencontré 6, pour rien…

Elle a l’air d’être un peu perdue, récemment séparée, 4 enfants… C’est dur…
Il espère qu’elle les fera garder si ils doivent se revoir, Vincent est sur la défensive…

Elle est très occupée, il comprend qu’elle n’a pas le temps de draguer pour s’envoyer en l’air et remonter le niveau de sa libido…
Dans son école, elle est seule ou avec des femmes et ce n’est pas son kiffe…
Donc internet…
Pour l’instant, ils discutent…

Elle est vive, sensée, son visage est avenant, son allure attrayante, cheveux courts et roux, yeux bleus…
Ses seins sont généreux, semblent fermes, elle est jeune, la quarantaine aussi…

C’est la première fois qu’il va devoir coucher sur rendez-vous, presque sur ordonnance…
Il a surtout envie de se rassurer, après les injures de son ex-femme, et malgré leurs petits coups de revenez-y…

Se rassurer d’abord sur sa condition, son désir, ses performances, son pouvoir de séduction, très important pour un homme…
Avant, il était devenu un diable, avait grandi avec Stéphanie très proche de lui, ils avaient découvert des zones magiques, des positions inédites pour eux deux, et certains interdits avaient sauté… Sodomie, liberté, humour, jeux sexuels, décomplexés…
Sa femme avait perdu pas mal d’intérêt, de ce fait…
D’où cette réflexion amère et dévalorisante…

Il la regarde parler de son métier, de son passé, vite brossé, ce n’est pas le plus important.
Vincent a parlé de lui, sans mentionner sa peine, juste une séparation, un changement, se reconstruire dans une bonne entente de départ…
Il insiste, il ne veut que la sauter le plus vite possible, si c’est ce qu’elle cherche aussi…
Il cherche à deviner ses cuisses, ses fesses…

Elle est gaie et lui propose d’aller au restaurant s’il est d’accord, première étape de franchie…
Comme on dit « tous les feux sont au vert »…

Bien installés, l’alcool aidant, elle n’a pas l’habitude mais pense que ça l’aidera si…
En fait autant pour elle que pour lui, baiser sur commande n’est pas leur fort…
Ils sont plus dans le confort, la tradition, le ressenti, enfin quoi, il faut que la mayonnaise prenne…

En fin de repas, c’est bien mieux. Plaisanteries, échanges de regard, ils sont sur la même longueur d’ondes…
Il la voit en femme gentille, qui cherche à passer à autre chose, en commençant par le sexe.
Il a l’air de lui plaire, elle doit avoir pas mal à ratt****r, comme lui…
Quant à lui, il aimerait bien y goûter, rien ne le retient plus…
Le visage face à lui est rieur, agréable…

En fait, ils n’osent pas parler de sexe ouvertement, alors que c’est ce qu’ils sont censés chercher ce soir…

– Si tu veux, ce soir je suis libre, je n’ai pas mes enfants ce week-end…

Elle a osé, habituée sans doute à diriger sa classe, ses élèves…
Le premier baiser est rapide, devant le restaurant, dans le parking…
Dans sa maison, c’est l’ordre avec des salles de jeu, de télévision, un grand salon, le haut, les chambres avec côté enfants, et de l’autre sa chambre, avec grand balcon terrasse…

Vincent se sent bien, pour l’instant, elle s’est jetée sur lui une fois la porte d’entrée refermée, et elle lui explique qu’elle n’a pas baisé depuis 3 mois…
Son regard est direct, sa main glisse sur le pantalon, elle se frotte contre lui, il en profite, savoure la main qui a trouvé ce qu’elle cherchait, elle s’agenouille après l’avoir entraîné au salon, plus confortable…
Il a pu ouvrir le corsage, tâter la poitrine, et passer une main dans l’entrejambe…

Il se déshabille, elle aussi, libérant ses seins…
Magnifiques ! Des beaux melons charnus et ronds, légèrement tombants lorsqu’elle les libère…

Elle a gardé sa culote, pas de soucis, elle est trempée de désir, chatte aux reflets roux, poils épars, un puits d’amour…
Il la lui retire délicatement, elle vibre sous les caresses, ses seins frémissent, les bouts s’érigent, les baisers sont passionnés, il la sent fébrile !

Après quelques amusements réciproques, elle s’offre sans pudeur, chatte ouverte, cuisses repliées, assise sur le sofa, ses yeux bleus humides…

La bouche de Vincent plonge entre les cuisses, le contact est absolument dantesque, elle devient ardente, va et vient avec son bassin, elle l’attire contre elle, sur elle, en elle…
Il y va de bon cœur, la pénètre sans ménagement, sur la lancée, elle gémit, pleure, s’enflamme, en veut encore…

« Viens dans ma chambre… »

Elle l’entraîne dans les escaliers en bois…
La croupe devant lui l’inspire… Il a envie de la goûter, passe une main sur ses formes…
Elle s’arrête, interdite… Il est plus grand qu’elle, elle fixe le sexe bien en forme, face à elle…
Ça fait longtemps… Trop longtemps, et Vincent lui donne confiance, alors…

Elle s’assied sur une marche, avance sa bouche, ouvre les lèvres, et elle lui fait un fourreau doux et humide qui le met en joie…
Le bouche s’active, les lèvres glissent, découvrent le gland, délicieux moment…
Elle maîtrise… Ferme les yeux, elle aime donner du plaisir…
Il masse ses seins, elle le pompe gentiment, délicieusement… Presque affectueusement…

Putain que c’est bon, savamment réalisé, le prenant tout entier dans sa gorge, bien au fond… Il ne peut se retenir longtemps… Elle s’arrête…
Elle ne veut pas qu’il jaillisse encore…
Elle n’aime pas avaler ? Il n’en fait pas cas…

Elle se fait chatte et s’allonge sur lit, en position favorite…

Il la reprend en levrette, la travaille comme une gourgandine, elle adore cela, ses grosses fesses tressautent en rythme, scandent son plaisir, sa voix résonne, il est accroché à ses hanches et la pilonne, le sofa grince…

Elle le veut plus profond, plus intense…
Il empoigne ses seins et elle explose sa jouissance !…

Elle a un orgasme puissant, juste par les seins, les tétons durcis, la chatte dégoulinante…
Sa voix rauque traduit son excitation et son relâchement…

Vincent déborde de désir, de puissance, il la fourre, elle se cambre, se donne, elle jouit…

« Oh, oui !… C’est bon !… »

Alors il la prend comme elle demande, la tourne, l’écartèle, en capitaine du navire, provocant un doux « flip, flop », témoignant de l’excitation de la belle…

Elle se tourne encore, veut monter sur lui pour s’empaler comme une amazone…
Elle se prend, s’affole, s’excite, puis rechange encore, lui offrant sa chatte détrempée, en beuglant quand le dard s’enfonce sans ménagement, elle adore jouir !…
Tu parles d’un manque !…

Vincent se concentre et va au bout, la laissant pantoise, sur les genoux…
Elle s’allonge sur le côté, ravie, satisfaite…

« Tu es un amour d’amant, un baiseur, merci… »

Ils reprennent des forces, baisers tendres, il se love contre elle, dans son dos…
Le ciel est sombre, les lumières de la ville apportent un rai de luminosité agréable…
Elle a tout encaissé, une femme avide, qui l’a sucé comme une reine…
Son vagin est large, un paradis… 4 enfants…

Son fourreau l’attire… Il a envie de la prendre dans ses bras, entoure sa taille, masse ses seins par derrière et c’est bandant…
Elle réagit aussi…
Se fait câline, l’incite à continuer…

Il les masse, elle ondule…
Il prend les tétons, les tourne, les effleure… Elle se laisse faire en soupirant, se dandinant contre lui…

Les bouts deviennent durs, il pince tendrement…
Elle râle…
Il pince plus fort, elle gémit, explose d’un « Ouiiiiii ! »

Il alterne, massage, pincement, caresse du sein entier, et dans le désordre, puis reprend les bouts et repince, plus fort…

Chaque fois, elle se cambre, jouissant de sa caresse, adorant être pincée, malmenée, massée, violentée, il lui fait enfin une cravate de notaire, et jouit entre les magnifiques globes…
Elle conduit la caresse jusqu’à la fin, récoltant la semence sur son torse…

Vincent est scotché, elle en avait envie !… Une passionaria…

La seconde rencontre part du même restaurant… Le patron les reconnait, leur donne une table à l’écart, dans le fond de la salle, tranquille…
Le couple assis sur le même banc, côte à côte est devenu très tendre dès leur arrivée… Elle le cherche, a envie de lui, l’embrasse sans arrêt… Sa jupe remonte, dévoilant les belles cuisses de cette femme magnifique, rouquine aux yeux bleus, le cheveu court, seins avantageux, ce soir chemisier boutonné sur le devant, avec peine……
Il pensait aventure, il l’a eue… Elle est endiablée… Elle n’arrête pas de le toucher, de le caresser, de le provoquer…

« J’ai envie de toi… Tu m’as mis le feu… »

Ils en ont parlé au téléphone, elle avoue avoir trouvé ce qu’elle cherchait en premier…

Les plats s’enchaînent, c’est délicieux, cuisine traditionnelle, elle se régale…
Il regarde les seins, libérés d’un bouton…
La jupe s’est remontée à force de se pencher vers lui, de l’embrasser…
Vincent attend, il bande…

Finalement, excité par ses beaux yeux de biche, sa langue qui quémande, sa chatte divine et si accueillante, ses seins pleins et si sensibles, il arrive à lui caresser le sein droit… Elle va et vient sur sa bite…
Elle s’allonge presque sur lui, en voulant plus… La main sur la braguette… Appel discret…
Le serveur a terminé et les laisse seuls…
Vincent ose une main entre les cuisses, elle est trempée…
Ce n’est plus possible !…

Ils se lèvent d’un bond, et courent dans les toilettes proches, s’enferment dans un WC.
Il l’arque-boute sur le réservoir, positionne son dard, fait quelques aller-retours dans son sillon, y glisse ses doigts, la masturbe tendrement, sent la belle mouiller comme une ado, il la pénètre doucement…

Quel pied pour cette maman abandonnée, sa toison ignorée, elle relève ses fesses, comme un a****l en chaleur, se donne, jouit, elle adore !
Entre le risque qu’on l’entende, ou qu’on les surprenne, cela lui rappelle ses premiers flirts…

Soudain, elle sent autre chose, il est sur son anus…
Mon dieu, il pénètre sans précaution, sans l’avoir préparée…

Vincent est comme fou, il sent sa bite avancer, pourquoi pas, mais si elle crie ?
De douleur ou de plaisir ?

Elle n’a pas crié, et il est bien au fond, il vient de l’enculer à sec, sans façon, dans cet étroit espace… Il n’ose toucher ses seins, sinon c’est l’halali !

Elle se relève, un peu déboussolée…

– C’est nouveau ? Un viol !… Rassure-toi, ce n’est pas mon premier, j’excite les machos, et j’aime être forcée, avec ma bénédiction… »
– Tu aimes ça ?
– Pas trop souvent sans ménagement, mais oui…… »

Le fait est acté, mais ils n’ont pas joui, alors le temps de payer, de se caresser dans la voiture, de monter chez elle…

Et zaza en prend plein la chatte, le cul, la bouche et les seins…
Boosté par leur câlin au restaurant, il devient brutal, la traite comme une serpillère et elle adore…

Il ne la frappe pas, attention ! Ce ne sont que des jeux entre adultes consentants, elle se laisse prendre par tous les trous et partout…
Elle lui touche les couilles à loisir, la palpe, appuie sur la prostate…

Vincent vient de jouir dans son fondement…
Il regarde avec regret sa bite épuisée, l’anus d’Isabelle, plein de sperme, ce trou béant qui reste ouvert, après un orgasme d’enfer…
Elle aime s’abandonner aux fantasmes de ses partenaires, laisser filtrer la douleur de ses tétons pincés, les mains entravées, son gros bourgeon martyrisé…

Vincent avait fait le « tour » de la belle Isabelle…

Ce soir il rencontrera une nouvelle amie virtuelle…
Isabelle 2, c’est ainsi, et pour ne pas les confondre, on trouvera un diminutif pour la seconde…

Isabelle 2

Le lendemain soir, Isabelle 1 est avec ses enfants et tout le week-end elle se met en retrait, ce qui arrange Vincent…
Son goût pour la chasse est revenu…

Sa première « Aventure » a été positive, mais il a trop besoin de rêver, de s’évader, de continuer, d’expérimenter…
Il a dans ses cartons une nouvelle jeune femme, prête à le rencontrer…
Une Isabelle aussi… Et aussi dans l’enseignement, mais cadre… Un cran au-dessus de la première…
Hélas dès qu’il la voit, le visage est ingrat, sans être moche, elle n’est pas ce qu’il attendait…
Les mots tournent dans sa tête : Isabelle n’est pas belle…
Donc ce sera Isa…

Ce premier contact, un peu en deçà dans son baisomètre, lui révèle une personnalité particulière. Intelligence, vivacité d’esprit, charme et humour, un corps agréable, des seins parfaits sous le corsage…
Reste à découvrir le reste, elle n’est pas farouche, ses propos sont directs…

Il accepte l’invitation…

Chez elle, elle se laisse caresser au salon, et l’invite dans sa salle de jeux…
A poil très rapidement, elle ne parle pas de capote, il lui a laissé entendre un passage à vide sur le plan sexuel, elle aussi…

Belle chambre claire, sans vis-à-vis, il savoure leur premier baiser, découvre un tempérament de feu, leur premier 69, une chatte de princesse, tout en dégradé, clitoris très sensible, comme ses seins agréables, pleins et fermes…

Elle se laisse dominer, aime obéir à ses demandes, changer de position, elle le suce après chaque temps de repos…
Dans ce cadre, elle est parfaite, après avoir goûté aux préliminaires, puis un gâté missionnaire, elle se laisse préparer, puis sodomiser, savourant un acte bien fait, empalée par un Vincent machiste, tringlant cette nouvelle amante, avec avidité…

La tête entre les bras, les fesses relevées, bien prise par les hanches, elle se laisse conduire vers l’orgasme annoncé, sodomie d’enfer…

– Ah, tu aimes çà, salope…
– Oh, oui, baise-moi par derrière, prends-moi comme une pute, je suis là pour ça, pour apprendre, pour devenir catin, pour jouir par devant, pour baiser par derrière, pour recueillir ton foutre, avaler ta semence, que tu me fasses jouir, en jouissant toi-même, avec ton gros pieu, fait-moi crier mes orgasmes de femme libérée !

Par la suite, elle se met à vociférer, se libérant encore, se donnant réellement, plus cochonne, devenant vorace, il l’invite à se prendre, elle jouit sans relâche…
Elle goûte à tout, se laisse malmener, découvre la douleur par les seins sensibles, pincés par les lèvres, écrasés par les pouces…

Il la baise sans ménagement, éprouve un plaisir fou, presque sadique, à l’entendre jouir cette douleur perverse…
Un florilège de ce qu’il aime le plus et qu’il vient de découvrir avec Isabelle 1…

4 heures de plaisir… Isa dort dans son lit, nue, épuisée…
Elle a griffé ses épaules, il a lacéré ses hanches fines, l’intérieur de ses cuisses, et ses tétons rougis, comme son clitoris, dressé fier, épanoui…

Il rentre chez lui, l’air satisfait, il vient de prendre son pied, comme avant, sans jugement, se libérant totalement, vidé par sa conquête…

Il retrouvera Isabelle 1 la semaine d’après, les rodéos et les corps-à-corps, les cris de douleur qu’elle adore, changeant la maîtresse d’école en une furie nymphomane…

Il y aura une dernière séance, dans sa salle de classe, un jour de fermeture.
Elle s’est jetée sur lui, fantasme de maîtresse, écartelée sur son bureau, chatte ouverte, une règle dans le cul, les tétons pincés par des pinces à linge, le voulant complet, le fistant en même temps qu’il le lui faisait…

Sommets de fantasmes féminins, saveurs de pratiques machistes, la femme nue au tableau, sa règle entre les cuisses, écrivant ces mots crus qu’elle ne pouvait brailler…

Baise-moi à l’école,
En maîtresse infidèle !
Je ne pense qu’à popaul,
Explose ma rondelle…

Fais-moi jouir très fort,
Je te serai fidèle…
Mène-moi à bon port,
Je suis ton Isabelle…

Il a eu peur…

Nora

Nora était la suivante, sur la liste des courses…
Isabelle 1 était en vacances au ski, Isa allait partir aux States…

Il était temps de choisir la relève…

Nora, une petite femme sympa, le regarde droit dans les yeux, dans un bar du centre…
Echanges internet, puis désir de rencontre…

Et le désir tout court…
Pour elle…

Il regarde les arbres, pendant qu’elle le suce, 3 minutes après être sortis du café, en pleine nature…

– Tu ne préfères pas venir chez moi ?
– Si tu veux, tu me plais…

Le mot est dit, pas besoin de GPS, c’est à deux pas…

Elle vient d’avaler, elle est encore trempée, elle a soif de baiser, de baisers, de…

Elle recommence… Dans son entrée, elle ressort la queue, la ressuscite, et la suce sans compter, en écartant ses cuisses pour qu’il vienne découvrir son fruit de la passion…
Le contact est établi, ça chante, ça feule, ça vagit !…

Il l’entraîne dans la chambre, la fout à poil, et crac-crac…

Elle explose !
Une bombe !

Elle aime tout, fait tout, s’embroche sans compter, s’offre cuisses écartelées à 180°, à l’envers en poirier…
Il plonge dans son vagin offert, elle crie son délire…
Il se noie dans son corps béant…
Elle l’appelle, elle le veut en elle, elle veut être inséminée !…

Elle vient se ressourcer en léchant son maître…
Les yeux baissés, les seins dressés, se confiant sur son mal-être…
Un ami enfermé dans des principes ridicules, peu d’actions, peu de rêves, des séances express…
Elle voulait connaitre autre chose, ce qu’elle voyait, entendait autour d’elle…

Vincent a compris, il n’y retournera plus, mais Nora l’a aimé, danger, urgence, vacances de février…

Il a remonté la pente, pas de quoi triompher, mais des Aventures éphémères, des femmes de passion, femmes tendresse, femmes amies, femmes de qualité, qu’il est trop tôt pour épingler à son histoire…

Il sort de cette période rassuré sur ses qualités d’homme, on l’a apprécié, au point même de commencer à parler d’avenir…

Chapitre II. Elans du cœur

Véronique

Elle a surgi dans sa vie, presque par hasard… Des amis, une soirée, un sourire…
Ils ont bavardé, ressentant une attirance, puis dansé, puis perdue…

Amie d’ami, d’amie et d’ex ami…
Difficile, mais traînant souvent en ville, il ne désespérait pas… …

Il ne cherchait que l’Aventure, mais si l’Aventure pouvait durer, si un pincement venait le titiller autre part que comme d’habitude… Et ce fut une chance…
Sortant d’une boutique, un paquet en main…

– Bonjour, Véronique ?
– Mais… Oh, oui !…Vincent !… Mon prince d’un soir… Perdu dans les brumes alcoolisées d’une soirée d’anniversaire… De qui au fait ? J’ai oublié !
– Moi aussi… Mais toi, non, je ne t’ai pas oubliée…
– Tu étais mal tombé… C’est vrai que c’était bien… Quelques minutes de repos dans des bras accueillants, tes yeux dans le miens qui me disaient des choses qui me plaisaient… Et hop, le tourbillon, mon copain qui me veut, qui m’emmène au premier, avec quelques amis pour refaire le monde et fumer quelques joints… Tu sais ce que c’est, baisers, alcools, et je t’ai oublié, jusqu’au lendemain… Seule, j’ai repensé à toi, ton regard sur moi, sur mes formes, reposant comme une île après un naufrage, loin de mon tourbillon dont j’avais fait le tour…
– J’espère que tu vas bien…
– Oui, juste nostalgique… Je suis seule maintenant, sans attache précise…
– Alors je t’invite au restaurant…
– Si cela ne te fait rien, je préfère le calme, chez toi ou chez moi, ne plus entendre des gens me dire que faire de ma vie…

Chez elle…

Ses beaux yeux verts l’attirent dans son salon, ils boivent, puis baisers et tendres caresses…
Ayant dansé à la fête avec elle, il se souvenait du plaisir de la tenir dans ses bras, son corps élégant, léger, des seins menus qui pointent facilement, un peu rouquine aux cheveux courts, un parfum plaisant, tout pour ouvrir le bal…

Quand leurs deux corps se fondent, elle se fait chatte, tendre et sensuelle, elle vibre, mais reste muette, contrôlant ses émois… Juste ce qu’il faut pour exprimer un orgasme, tapie, tétanisée souvent, en touches de piano écrivant une partition de silences…

Belle, juteuse, souple, agile, Vincent est entraîné. Ils partagent, ils se comprennent, elle prend le pouvoir, il se laisse faire…
Conventionnel, rondement mené, le désir est effacé au profil du plaisir et la soirée avance, et Vincent s’accapare de ce corps merveilleux de tendresse et de féminité…

L’orgasme balaya toute retenue, elle s’offre et se détend, jouit, revient, quémande, le suce avec passion, se tourne et se retourne, reprend la gestion du combat, découverte et plaisir, elle se fait jouir en fermant les yeux, le corps tendu, comme tétanisé, elle se prend sans façons…

La rencontre suivante est à l’avenant…
Ils discutent un peu plus de sexe, plus décontractés, plus proches…
Orientation sexuelle, déviance, fantasmes…
Pluralisme, échangisme, tendances gais et lesbiennes, être bi pour une femme possède quelques avantages, pouvoir se passer d’un amant, retrouver la tendresse…
On peut se joindre à des groupes, fréquenter des clubs…
Elle aimerait découvrir avec lui certains de ses fantasmes… Ou tous petit à petit…

La sodomie fait son entrée dans leurs échanges, baise sur la terrasse après un barbecue très chaud et arrosé, écoutant les voisins de l’autre côté de la palissade, rire et plaisanter…
Etroitement enlacés, nus dans ce havre de verdure, Vincent ose pimenter cette soirée…
Il la prend en levrette, se tortille en devinant ses préparatifs, ce doigt qui tourne, s’attarde, puis entre dans son antre, un contact très rare… Elle accepte…

Pas de râles dantesques, pas de cris de hyène, un souffle accéléré, elle se contracte, jouit dans son ventre, son corps tremble, ses jambes… Orgasme contrôlé…
Les voisins continuent leur soirée ne se doutant pas que derrière le mur…

Elle aime le plaisir, mais pas tous les plaisirs, pourtant elle goûtera à nombre d’entre eux…

Soirée à la maison, copine de Vincent, lesbienne par devoir, invitée pour initier Véronique…
Début calme, très tendre, baiser, frôlements, et caresses…
Au fur et à mesure, le contact s’établit, Véronique partage…
Découvre le sexe féminin qu’elle est sensée connaître, mais pas dans ce registre…
La fille est très vorace, limite gouine, et pouvant déborder sur d’autres pratiques, BDSM et ondinisme, voire l’intégralité du dictionnaire des déviances…

Mais Vincent veille, il les partage toutes les deux, les conseille, les conduit, jusqu’au rêve de tout homme, baiser les deux femmes en parallèle, une en sodomie, l’autre vaginale…

Véronique ne s’échappe pas, n’abandonne pas, gravit les marches, partageant les positions les plus sexe, assiste, provoque Vincent, se frotte contre la fille, leurs sexes emboîtés, jusqu’aux orgasmes mutuels…

La fois suivante, Véronique veut faire un essai dans un club…
Echange ou trio, deux hommes ?

Vincent partage cette belle femme… Amant très sage, qui comprend la situation et n’abuse pas, se limitant aux gestes classiques, découverte d’être prise par les deux en même temps, sucer et masturber, se laisser couvrir de sperme…
Elle a joui, c’est certain ; a-t’elle aimé ? La réponse est en suspend…

Aux vacances suivantes, belle villa en location dans les Alpes Maritimes, une semaine préparée… Ses deux filles vont les accompagner, 14 et 17 ans…

Véronique est aux anges, elles acceptent Vincent qui a l’habitude des ados…
La piscine est sublime, l’espace est dédié aux bains naturistes…
Véronique en profite, ses filles aussi…
Vincent se sent gêné, mais se plie à la mode…
La plus âgée le provoque, nageant nue dans l’onde transparente, défilant sans raison devant lui…
Test ou provocation, il reste de marbre…

La semaine se termine, les idées embrouillées par cette semaine de plaisirs, le soleil, la mer, la piscine, les restaurants, les sorties en bateau…
Il voit arriver l’instant classique… Il tient à elle, pense à elle, partage sa vie depuis un an…
Ils ont progressé, goûtant un peu à tout, sans excès, mais excitant et prenant…

Il ne la reverra plus… Vincent regrettera amèrement sa décision, cette femme était pour lui…
Mais il avait croisé Latifa, puis Manuella sur le net…

Manuella

Elle avait 23 ans quand il l’a remarquée dans ce bar où il prenait un café, en attendant un rendez-vous improbable…
Son visage typé, ses cheveux courts très bruns, sa jeunesse…
Il a engagé la conversation, et futilement ils se sont découverts des points communs, malgré la différence d’âge…
Elle avait un côté masculin qui l’attirait…

Elle l’a invité chez elle, se moquant de se voir aux bras d’un homme qui pourrait être son père… Lui semblait attiré par cette différence et ils s’embrassèrent rapidement…
Il vécut des minutes intenses, avec cette jeune femme libérée, sans complexes, enlevant pull et pantalon en un éclair, ses petits seins sensibles, proposant une capote, avant de se jeter sur lui pour une fellation dantesque !…
Il ressentit un doigt s’immiscer dans son derrière, preuve qu’elle était délurée et rudement coquine, il apprécia en jouissant de la fellation…

– Féconde-moi…

Sa chatte étroite, lui donna un plaisir intense, il découvrit sa soif, sa façon particulière de faire l’amour, une liane androgyne…

Vincent la revit quelque fois, se laissant aller aux délires de Manuella, son intérêt pour la sodomie masculine…
Puis il retourna aux femmes de son âge…

Latifa

Latifa, 30 ans, brune aux cheveux longs, 1,70 m, poitrine plutôt discrète, tétons arrogants…
Rencontre classique, ils se connaissaient à force de correspondre, d’échanger leurs photos.
Après plusieurs repas fast-food, quelques bisous au bas de son immeuble, il se sont vus chez Vincent…
Mais elle avait ses règles, donc un bref tour d’horizon, fellation agréable, touche anus sans pénétration, discussion informelle, baisers très ardents…

La foi suivante, rien de bien envoûtant, relation sans imagination, calme, douce, soumise…
Sodomie très passive, pas de fantasme avoué…
Vincent l’entraîna dans ses fantasmes, une rencontre à 3, elle goûta à la femme…
Elles firent l’amour devant lui, il les baisa toutes les deux, ensemble, Jackie était demandeuse, Latifa en attente, sodomie pour faire plaisir, mais sans rien en retour…

Vincent cherchait plus d’action, regrettait ses anciennes amante, revoyait Isabelle 1…

Puis Nathalie entra dans la danse…

Vincent était devenu addict, aimait la variété, enchaînait les aventures, même en couple…

Nathalie

Belle plante, la cinquantaine, un roman photo érotico scabreux en guise d’apéro par internet, séparée selon elle, avide de sensations, elle se fistait sur quelques vidéos, ajoutant un physique agréable, une bourgeoise sortie pour s’encanailler…

La première fois, ils se rejoignirent en forêt, car elle aimait la nature, alors que Latifa était aux USA…

Décomplexée, elle aimait les excès, cherchait le frisson, adorait la sodomie, mais aussi les légumes, une écolo dans l’âme ?

Elle aimait se donner habillée, les échanges très chauds, les caresses en voiture, avec fellations et cunnilingus, elle s’arque-boutait contre un arbre, relevait sa jupe, abaissait sa culotte et offrait sa chatte et son cul à son amant du jour…

Stricte dans son métier de Clerc de Notaire, elle se lâchait en dehors, frisait le hors-la-loi, perverse et sans limite…

Il la revit une seconde fois, histoire de se détendre, elle aimait réer avec les cerfs, imaginait leur sexe quand Vincent la prenait, imitant leur cri d’amour brutal et éreintant…
Elle jouissait comme une chienne, libérée pour un temps…

Vincent en fit le tour, lui donnant le meilleur, recevant en retour, frisant l’arrêt du cœur…

Hélène

Quand il l’a rencontrée autour d’un apéritif chez des amis, il ne savait pas que cette femme allait changer sa vie, au point de devenir amoureux…

Hélène c’est le temps d’avant…
Finies les nuits sauvages, les substances enivrantes, les tests et expériences délurées ou perverses…
Elle est la vérité, presque la pureté, celle qui fait que Vincent n’a pas trop envie d’autre chose.
Ce qu’il vient de vivre depuis sa résurrection, a calmé ses fantasmes et Isabelle 1, sa première amante, reste dans son planning, sans penser au lendemain…

Hélène c’est la délicatesse, des soirées simplissimes, où le sexe vient sublimer un élan sensuel.
Vincent la domine, l’emporte parfois dans son monde, elle suit tranquillement ce qu’il lui propose, partageant par amour, et aimant le non-dit…

Elle parle très peu de sexe, est peu démonstrative, dans la moyenne des femmes qui vivent un amour tardif, profite de leurs moments ensemble, car ils vivent séparés, pour raison professionnelle…

Pas d’envolées, de commentaires, de rêves de Superman…
Juste un amour latent, et qui dure depuis 5 ans…
Vincent garde un sandwich pour la route, histoire de réfréner des pulsions sexuelles exacerbées, mais rien que du sexe avec une jolie brune très coquine, qui partage le même besoin d’évasion épisodique…

Hélène et son charme, sa tendresse, son élégance, crée un cocon rassurant, une bulle où Vincent adore se nicher, vivre, rire, oubliant peu à peu les affres du passé…
Pourtant elle a eu des ennuis de santé, qu’elle a surmonté avec lui, partageant ce coup du sort et s’en sortant sans dommages…

Elle ne parle pas de mariage, elle est bien trop pudique pour étaler ses sentiments, la vie s’écoule auprès de son amant, week-end, vacances, voyages, évasions classiques, une recette pour couple heureux et complice, qui a démontré son efficacité…

On leur souhaite bonne chance, refermant la dernière page d’une histoire mal débutée.

Pour Vincent, l’avenir s’ouvre, sa soif de conquêtes s’estompe, annihilant ses besoins très poussés, et qui trouve dans ce dernier volet, une épaule sur laquelle se reposer et revivre…

FIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *