sur une plage de Camargue

Je terminais un long tour en VTT dans la Camargue, un soir de septembre… j’avais envie de me rafraîchir et me rapprochai d’une des immenses plages de la région. A cette époque de l’année, pas beaucoup de monde, il fait doux, l’eau est encore tiède…

Je suis arrivé vers les petites dunes qui bordent la plage, j’ai posé mon VTT dans le sable et me suis assis un moment pour le plaisir de contempler la vue au soleil couchant,

Je suis resté assis longtemps finalement, crevé et heureux de me reposer. Je n’étais pas complètement seul, au loin sur le sable quelques couples étaient assis et des gens se promenaient. C’est ainsi qu’un promeneur passa non loin de l’endroit où j’étais assis. Un type dans la jeune quarantaine, en bermuda de bain, l’air sympa, un peu d’embonpoint, hyper bronzé… on se sourit…

Il s’approche de moi et me demande quel tour j’ai fait, regarde mon vélo, paraît impressionné par la performance. Puis il me demande si je viens souvent par ici – je lui dis que non – puis me parle de banalités et finalement me demande s’il peut s’asseoir à côté de moi – je lui dis oui….

Nous continuons à parler, il est très volubile, résolument sympa, parle de la région etc. Je ne fais pas tout de suite attention, mais au bout d’un moment je remarque qu’il garde sa main droite plaquée sur son entrejambe. Intriqué je regarde plus précisément (mais discrètement) et je vois qu’il fait de légers mouvements avec son pouce. Manifestement mon regard ne devait pas être assez discret car il l’a intercepté… il me sourit, se laisse aller un peu plus en arrière contre la dune et accentue ouvertement les mouvements de ses doigts sur ce qui devient une bosse dans son bermuda….mes yeux reviennent immanquablement sur son entrejambes… il le sait, il le voit, ça l’amuse, mon embarras lui plaît… il me sourit toujours et sort sa queue de son bermuda. Je n’en crois pas mes yeux. Sa queue est encore mi-molle mais elle est déjà grosse. Un énorme prépuce sombre sous lequel on devine la peau luisante du gland. Je suis captivé, je ne peux ôter mon regard de ce spectacle.

Très décontracté, il bouge son prépuce le long de son gland, ce qui le durcit davantage. Je suis fasciné, la vue ne me déplaît pas et ne me choque pas…. je sens ma bite qui se durcit, ce qui ne me surprend pas car depuis longtemps je bande autant sur les chattes que les bites lorsque je mate des films de cul. Dans mon short cycliste la forme de ma queue se dessine avec précision. Elle est contrainte vers le bas, le long d’une de mes cuisses et mon gland circoncis se découpe nettement. Cela ne me gêne pas qu’il le remarque…

il tend une main vers mon entre-cuisses et me prend le paquet sans ménagement. Presqu’un peu douloureux…. je regarde autour de nous, la plage immense est presque vide, et les rares personnes présentes sont très loin. Je me mets à genoux face à lui et baisse mon cuissard cycliste sur les cuisses. Ma queue libérée se dresse doucement par petites saccades. Il fait de même, se met à genoux et baisse son bermuda. Sa bite est bien dressée sous son ventre un peu rebondi… Il est totalement bronzé, ses couilles sont énormes. Ma queue est plus longue que la sienne mais la sienne est plus épaisse…

Je dirige une main vers ses boules et les effleure avec le bout des ongles. Sa queue réagit comme la mienne lorsque je me fais la même chose: elle se dresse encore un peu et le gland s’épaissit… je continue tout en me masturbant de l’autre main. C’est la première fois que je touche une autre queue que la mienne mais je n’en éprouve aucun complexe, aucune honte, aucune gêne et ne suis nullement surpris…

Il me demande si je suis gay, je lui réponds que non, que c’est la première fois mais que j’aime beaucoup… sa main me saisit les couilles et les malaxe puis s’aventure plus loin entre mes cuisses et je sens la pointe d’un doigt me titiller le petit trou… c’est aussi une caresse que j’adore et que je pratique souvent lorsque je me branle… je bouge pour lui faciliter l’accès plus loin entre mes fesses. Il comprend sans peine et son doigt s’introduit doucement. Ma bite est en feu… La sienne aussi apparemment. Nous sommes là à genoux l’un en face de l’autre, nos queues dressées et gorgées de plaisir, avec chacun la main de l’autre entre ses cuisses… Nous nous branlons comme cela de longues minutes, c’est simplement bon… j’aime regarder comme son gland émerge luisant de son prépuce à chaque décalottage. Il est très excité et son gland lâche beaucoup de pré-sperme, beaucoup plus que le mien.

Il avance un peu vers moi dans le sable tout en continuant à se branler, et en conservant un doigt dans mon cul. Il me chuchote dans un souffle….maintenant…et en même temps que je vois les jets épais de son sperme. je sens son liquide chaud se répandre sur mes couilles durcies. De sa main il m’enduit bite et couilles de sa crème tandis que je me branle le gland…c’est trop excitant et ma queue gicle abondamment sur son ventre.

nous restons encore un moment face à face avec nos queues encore dures….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *