CLAUDINE, ma coiffeuse adorée

Claudine, ma coiffeuse adorée
Maintenant, vous savez pourquoi j’aime et pratique presque quotidiennement tous les plaisirs liés à nos périodes de femme.
Vous avez lu à quel âge j’ai connu « tata Gisèle » et récemment, grâce à elle, cette jeune Chloé, mais aussi une toute jeune fofolle Diane, que je considère aujourd’hui comme ma fille spirituelle car je me reconnais complètement en elle au même âge.
Mais ça, c’est tout récent et je vous le raconterai un de ces jours.
Aujourd’hui, je vais vous raconter comment j’ai connu Claudine, ma coiffeuse adorée.
Mon mari, Alain, lors de ses études d’ingénieur a eu et a toujours un super copain, Michel.
Nous nous sommes mariés il y 20 ans et j’étais enceinte de 4 mois le jour de nos noces !
Michel, le meilleur ami d’Alain était son témoin.
Il avait un super job dans une société américaine à La Défense. Et nous, nous avons créé notre société, Alain et moi, ici en région parisienne.
Ce copain, Michel, nous l’avons revu une fois il y a 4 ou 5 ans.
Ils avaient dîné à la maison. Sa petite nana, Claudine, sympa, était coiffeuse dans un grand salon parisien très connu, si me souviens bien.
Depuis, Michel avait été nommé directeur d’une des divisions de sa société à Orléans et ils avaient acheté un salon de coiffure pour Claudine.

Un jour, Alain m’apprend que son copain vient d’acheter en Sologne une parcelle de forêt pour la chasse avec un bel étang au milieu. Comme ils sont tous les 2 pêcheurs et chasseurs…on peut imaginer la suite.
Notre petite fille avait 10 ans, tiens, oui, en écrivant cela, ça me rappelle que moi aussi à une époque, j’avais aussi 10 ans pour découvrir certains plaisirs de notre vie de femmes…
Donc, un soir, Alain me dit que nous irons passer le WE prochain chez son copain en Sologne. On en profitera pour passer au salon de sa femme, pour moi et notre petite puce qui veut couper court ses cheveux.
Nous partons donc tous les 3 un samedi après déjeuner et Alain, en bon organisateur, me dit qu’il va nous déposer en ville, on pourra peut-être aller voir un Disney au cinéma et en fin d’après-midi, on ira au salon pour se faire coiffer et on rentrera avec Claudine.
Les hommes, eux, iront passer l’après-midi à la pêche dans l’étang.
Avec ma puce on est allées au cinéma voir, je crois, La princesse et la Grenouille.
En sortant on a fait un peu de lèche-vitrines…et bien sûr, elle a trouvé une paire de baskets qui lui plaisaient …et j’ai craqué !!
Arrivées au salon, Claudine finissait une mise en plis… Bisous …et elle demande à son apprentie de laver la tête de ma fille …
Pendant qu’elle lui coupe ses longs cheveux (sniff….), elle en avait marre de les démêler tous les matins, moi je sens le besoin impératif d’aller faire pipi et surtout de changer mes tampons et ma serviette car depuis notre départ ce midi, je ne me suis guère occupée de moi.
Je vais donc aux toilettes, extraction, senteurs, enfin tout ce que vous savez que j’aime, j’enveloppe bien tout ça dans ma serviette elle aussi hyper chargée et vlan, dans la poubelle.
Je renfile mes 2 OB, recolle une serviette neuve et retour au salon où Claudine a fini avec ma puce.
Magnifique, ses petits cheveux courts ça lui plait bien.
Claudine, demande à son apprentie de me faire le shampooing et lui dit : après, tu pourras y aller, moi je vais préparer la couleur. Allez …. bon week-end et à mardi.
Et elle part dans l’arrière-boutique, en fait le labo que j’ai traversé tout à l’heure pour aller aux WC.
Je passe donc au bac et la petite me fait un massage si sensuel que je pense que ma chatte ne coule pas que de mon sang…délicieuses petites mains, il faut que j’en parle à Claudine….une petite fée.
Mais elle est n’est toujours pas revenue du labo…
Enfin, la voilà avec deux récipients pour mes mèches.
Je donne un beau billet à la petite avant qu’elle ne parte en la remerciant de ce shampooing très très agréable.
Je passe entre les mains de Claudine et en bonne coiffeuse, elle a tôt fait de rentrer dans la vie privée de ses clientes.
Il est vrai que l’on s’est déjà rencontrées, mais loin d’une intimité comme dans ce salon vide… enfin, non pas tout à fait, car ma puce qui, même si elle lit une BD n’en est pas moins attentive…
Et vlan, je ne m’y attendais pas du tout quand Claudine me dit : dis donc, tu as des règles drôlement dodues, j’ai vu tes tampons et ta serviette, tu es à combien de jours comme ça ?
Je ne suis pas une novice et encore moins un cul serré, mais ce dont elle me parle commence à bien m’exciter… tiens, tiens, cette petite salope aime savoir ce qu’il y a dans ses poubelles.
En l’occurrence, celle dont elle parle, dans ses toilettes, était absolument vide, juste un peu de papier Q au fond.
Et bien sûr, je lui réponds… au 2ème… un petit silence … et je rajoute que les miennes durent entre 6 et 7 jours et que c’est comme ça pendant 4 ou 5 jours.
La conversation étant lancée sur ce sujet, je lui renvoie la même question à laquelle elle me répond que pour elle c’est à peu près la même chose…
On est donc, par le plus grand hasard, des femmes qui ont des règles très abondantes. J’ai des fourmillements dans le ventre…parler de ça me mets en émoi…
Et puis on parle d’autre choses, comment on va s’organiser ce soir et préparer demain le pique-nique car les hommes doivent partir à la pêche aux aurores, il paraît que l’on pêche bien au lever du jour, et nous irons les retrouver demain midi.
En plus, en ce mois de mai, il fait un temps magnifique et c’est ma puce qui s’immisce dans la conversation en nous disant que papa lui a promis qu’on pourrait se baigner…
Ma nouvelle tête me plait beaucoup, elle m’a fait exactement ce que je souhaitais… c’est vrai qu’ayant fait toute sa jeune carrière chez D…., il fallait qu’elle ait un bon coup de ciseau et du goût.
Elle ferme le salon et elle nous ramène chez eux, une petite villa au sud d’Orléans.
Les hommes sont rentrés avant nous mais ils sont encore dans le garage, sans doute en train de se préparer pour demain.
Claudine me dit que nous allons coucher en haut, vous avez une grande salle de bains et ta puce couchera en bas, dans la chambre à côté de la nôtre.
Repas sympa, bien arrosé et au salon, nos deux hommes sont dans les préparatifs de demain, les lignes, les amorces, les appâts, côté soleil ou ombre, enfin ce dont peuvent rêver deux amoureux de la pêche.
Ma puce a fini de regarder un dessin aminé sur la télé et maintenant, dodo ma chérie. Ce soir il est tard, tu prendras ta douche demain matin.
Bisous à papa, Claudine et Michel et oups, dans son dodo…bisous maman, bonne nuit ma chérie…
Et je reviens dans le salon, on continue de papoter fringues, dessous, et Claudine me fait discrètement une allusion à ce qu’elle a vu dans ses toilettes au salon… Elle se lève et me fait signe de venir avec elle… on avance dans le couloir et elle me dit doucement, évite de te changer dans les toilettes du bas, Michel n’aime pas trop voir ces choses-là….
Je la regarde médusée et elle me fait une petite moue dont je crois comprendre la signification…son Michel serait du genre de ceux que j’ai connus il y a quelques années ?
J’acquiesces donc, lui faisant comprendre que je vais éviter…et elle ajoute, tu vas là-haut, tu seras tranquille.
Les hommes nous annoncent qu’ils partiront demain matin vers 4h1/2 … et nous, on pourra faire la grasse matinée.
On se souhaite une bonne nuit et au lit.
Le réveil sonne, Alain se lève doucement, j’entends la douche et je me rendors.
Combien de temps ai-je redormi ? Je sens une présence près du lit… je me soulève légèrement … mais ce n’est pas Alain, c’est, c’est… oui, c’est Claudine !!
Le jour commence à se lever et je la vois, debout, son peignoir blanc largement ouvert et ses beaux gros seins sont maintenant à quelques centimètres de mon visage… je regarde plus bas, elle a une belle culotte blanche, large comme celles de nos mamies, mais aussi celles que je porte quand j’ai mes règles !
Sans un mot, je lui enserre les cuisses et elle bascule…nos visages se rencontrent, nos lèvres se touchent, nos bouches s’entr’ouvent, nos langues se mélangent… on reste comme ça un long moment, elle encore debout et moi à demi relevée.
Presque étouffées toutes les deux, elle s’allonge contre moi et nos mains commencent à nous explorer mutuellement, moi, je lui prends les seins, ils sont énormes mais j’adore les gros seins et elle fourrage maintenant entre ma serviette que j’imagine débordante et collante et ma chatte que je ne gère absolument plus.
Ses doigts sont dans moi, je sens mes tampons écrasés au fond mais elle est d’une dextérité inouïe, ses doigts rentrent et ressortent , un va et vient qui ne peut durer …j’éclate et ma mouille, ma pisse mon sang, enfin tout sort de moi, ça fait floc floc floc, je jouis, elle le sent et m’embrasse ..j’étouffe encore…je la repousse gentiment, mais elle tient entre ses doigts deux trophées… mes OB qu’elle a pu sortir sans pratiquement que je sente quoi que ce soit … et elle les enfourne goulument dans sa bouche… Je suis en fusion, ma main va maintenant fouiller aussi dans sa culotte et la bouche pleine, elle arrive à me dire : tu vas être surprise !!!
Elle a donc aussi ses règles la salope… je sens un grosse couche épaisse et bien sûr, j’explore la minette, mes doigts entrent dans sa chatte qui est comme la mienne, une grosse fontaine bouillante et je sens, comme chez moi quand je me fourre les doigts, un paquet qui ne peut être qu’un tampon… pourtant, instinctivement, ça me rappelle quelques sensations, elle mettrait aussi 2 tampons en même temps ?
Sors les me dit-elle… mais c’était déjà pratiquement fait et quand ils arrivent sous mes yeux, je lui dis… tu mets aussi des OB ma chérie ?
Elle sourit …tu ne les reconnais pas ? ce sont les tiens ma chérie !!!
Abasourdie, je viens de comprendre qu’hier soir, elle s’est refourrée mes tampons et collée ma couche dans sa culotte et j’ai ça en cadeau ce matin !!!
Quel délicieux délire.
Et elle ajoute, je n’ai pas mes règles cette semaine, mais ce sera pour dans 8 jours et elles sont comme les tiennes…
On a fait l’amour à notre façon pendant un bon moment. Il doit être à peine 6h et ma puce doit bien dormir, mais je me lève quand même pour aller vérifier que la porte est bien fermée.
Allongées, satisfaites et encore un peu haletantes, Claudine, commence à me raconter son histoire qui n’est vraiment pas banale.
D’abord, il faut que tu saches qu’il y a quelques années, avant que l’on se marie, chacune de notre côté, je savais qui tu étais et ce que tu aimais car Alain était un de mes amants …. c’était un des rares hommes de l’époque à aimer faire l’amour quand nous avions nos règles.
Et il y avait Michel, donc devenu mon mari.
Comme ils étaient copains inséparables, je baisais avec l’un et l’autre. Le problème avec Michel, c’est que lui a toujours eu horreur du sang et donc, il ne fallait absolument pas que l’on fasse l’amour ces jours-là.
Donc, c’était Alain qui me baisait et on adorait ça, tu le sais encore mieux que moi. Par contre Michel, pour ne prendre aucun risque de voir sa bite même légèrement rouge, ça peut arriver, il m’enculait.
Au début ça a été un peu difficile mais comme c’est moi qui lui demandais, je faisais un effort.
Si bien que finalement, j’y ai pris de plus en plus de plaisir car il en a une, très, très, longue, oui très longue qui me fait jouir dans mon petit trou comme une damnée …j’adore. Sinon, elle est tellement longue que dans ma chatte, ça me défonce l’utérus et on ne peut faire l’amour qu’en levrette, absolument impossible de me planter sur lui quand il est allongé…ça me rentrerait dans la gorge !!!!
Pour revenir à Alain, j’espérais me marier avec lui et c’est toi qu’il a choisi….
Depuis quelques années, vous vous êtes quelque peu séparés, chacun de votre côté et c’est Alain qui passait de temps en temps me baiser dans l’arrière-boutique et c’est aussi lui qui a proposé ce week-end pour qu’on se rencontre toutes les deux….
Tu m’en veux ?
Pas du tout, tu sais, c’est aussi parfois Alain qui m’a fait rencontrer des femmes, rarement quand même, qu’il pensait être susceptibles d’aimer l’amour entre femmes pendant nos règles.
D’ailleurs, il en y a une que l’on a embauchée l’année dernière et qu’Alain avait draguée chez un de nos clients et qui semblait aimer jour ces jours-là…Avec elle, on aime avoir des petits plaisirs, mais uniquement aux toilettes dans l’immeuble des bureaux car elle est mariée et 3 enfants…
Tu vois, je suis open…
Hier soir, je t’ai fait comprendre qu’il ne fallait pas que tu laisses tes tampons ou tes serviettes dans les toilettes…il pique une crise s’il voit quelque chose qui lui rappelle le sang.
Tu sais, dans la salle de bains ou les toilettes, ici, je suis obligée d’avoir un petit tiroir, on va dire secret, dans mon armoire où je stocke mes boites et paquets de protections et quand je me change ici, je fourre tout dans un petit sac que je vais vite mettre dans la poubelle de la cuisine ou dans celle du jardin, ça me rend malade….
On va continuer à se voir, hein ma chérie ? Je savais que tu aimerais, Alain m’avait un peu briffé sur tes plaisirs et en plus, comme les miennes n’arrivent que rarement à la date prévue, j’ai des fois au moins 5 ou 6 jours de décalage, on arrivera bien quelques fois dans l’année à les avoir en même temps….je n’ose y penser ma chérie…
Tu te rends compte, on était comme ça depuis notre adolescence, chacune de notre côté sans jamais avoir eu la chance de nous rencontrer.

A suivre.
L’apprentissage de Claudine dans les beaux salons d’un grand coiffeur parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *