nudisme et douche dorée

Petit coin de bois où quelques mecs se promènent complètement nus, et plusieurs un peu plus timides les matent en se branlant…

Bel après-midi d’été ensoleillé et chaud, j’y vais vers 14 h. Je gare ma voiture dans les fourrés et sors en espadrilles, short de bain et t-shirt… J’entre très vite dans le sous-bois, enlève mon t-shirt et fais glisser mon short sur mes cuisses… la sensation de l’air libre et tiède sur ma peau m’excite tout de suite. Rien que pour cette première excitation-là, c’est une expérience que je conseille à tout le monde.

Je me glisse à poil dans le sous-bois, scrutant autour de moi s’il n’y a pas des mateurs à l’affût. Je me faufile dans les taillis pendant environ vingt minutes sans voir personne. Je décide de me poser au soleil dans une petite clairière. Je m’assieds à même le sol, cuisses ouvertes, face au soleil. Ma pine, déjà mi-dure et excitée par le simple fait d’être nu, se dresse doucement sous l’effet des rayons. Je m’excite doucement les couilles et le gland, elle achève de bander… Au soleil les parfums montent, ma pine sent le sperme car j’ai éjaculé ce matin et me suis enduit la queue et les bourses.

Soudain du bruit dans les taillis…j’ai beau être zen, je tressaille et me retourne doucement. Je ne vois personne….dommage en fait, j’adore être maté et surpris. A nouveau des bruits de feuilles mortes piétinées. Je me redresse et scrute les sous-bois en direction du bruit…je discerne finalement du mouvement. Un homme arrive dans mon champ de vision à environ 15-20 mètres, des buissons nous séparent. La quarantaine, corpulence moyenne, je ne vois pas son visage…. Il regarde autour de lui, puis déboutonne sa chemise, la pose au sol et ouvre son jeans et le fait descendre sur ses jambes…il ne porte rien en-dessous, j’aime bien, je fais pareil. Il soulève une jambe après l’autre pour ôter son jeans, ses couilles et sa pine balancent. Ses couilles pendent très bas, sa pine est épaisse, non circoncise…un très long prépuce. Ça m’excite évidemment et je sens ma pine qui se redresse…Pour une fois c’est moi qui mate…Je m’attends à ce qu’il parte se promener à poil, mais il reste là et regarde d’où viennent les rayons du soleil entre les branches. Puis il se met à quatre pattes et cambre son cul en direction du soleil…je suis presque dans son axe et j’ai une vue imprenable sur sa raie offerte aux rayons du soleil et ses bourses lourdes qui pendent entre ses cuisses. Il est entièrement rasé, comme moi… son cul est plein, très sexe…. Je me demande ce qu’il fait mais je trouve sa pose très excitante et ma pine est du même avis…

Après quelques minutes à le mater je décide de me rapprocher, je me lève et sors de mon taillis…aux premiers bruits de mes pas sur les branches mortes, il se retourne et me regarde… j’arrive vers lui à poil, la pine dressée. Il se met debout et vient vers moi. Quasiment en même temps chacun de nous met sa main aux couilles de l’autres, c’est ce que j’aime entre mecs, le sexe c’est direct et pas compliqué.

Sa pine est épaisse mais encore molle…mais son prépuce est trop sexe. Je lui en tripote l’embout qui émet aussitôt une goutte grasse… Il me demande si je le matais depuis longtemps, je lui dis que je l’ai vu arriver et se mettre à quatre pattes…et que de le mater par derrière m’a vachement chauffé.
Il m’explique qu’il adore se faire chauffer la raie au soleil en l’ouvrant le plus possible et que l’air tiède entre ses cuisses et sur ses boules le fait bander…. Perso j’adore le soleil sur mes couilles mais je n’avais encore jamais essayé dans la raie… tu devrais essayer me dit-il…

On s’agenouille côte à côte à peu près à l’endroit où il s’était installé seul. Je prends appui sur mes coudes et cambre mon cul…. Il me prends les hanches avec les mains pour me positionner encore mieux dans l’axe du soleil, j’aime bien la sensation de ses mains sur ma peau. Je sens la chaleur du soleil qui m’inonde la raie du cul et me chauffe la rondelle….c’est vrai que c’est divin, très érogène.

L’inconnu se met à côté de moi dans la même position et ferme les yeux. Je ne vois plus sa raie mais je peux mater sa pine et ses couilles qui pendent entre ses cuisses à contre jour. Il y a quelque chose de magique, dans le silence de la forêt, le cul à l’air et offert au soleil, en train de mater à côté de moi un mec à poil qui fait la même chose… je savoure cette magie, le vent sur mes couilles excite ma pine qui bande mollement.

Je vois mon voisin qui se redresse…il recule à genoux et se place derrière moi. Je guigne entre mes cuisses et je le vois qui se branle en me matant. Puis il se met à quatre pattes, et approche son visage de mon entre-fesses…il me renifle le cul et l’entre-cuisses… je trouve ça très excitant, presque sauvage… je regarde entre mes cuisses, et vois sa pine grossir, son gland apparaît maintenant à l’orifice de son prépuce, c’est la vision la plus sexe qui bande… je sens son nez dans ma raie et sur mes couilles et je vois sa pine grossir encore, décidément il doit aimer le parfum de sperme sur mes couilles… sa langue se glisse dans ma raie, sur mes bourses, le long de ma tige, qu’il ramène doucement en arrière vers son visage. Je me laisse faire c’est divin….

Au bout d’un moment, il se glisse à nouveau à côté de moi….et se met sur le dos. Il bande comme un étalon. C’était délicieux, lui dis-je, mais ça a aussi l’air de te faire de l’effet… Oui me répond-il, ton cul et tes couilles sentent trop bon le mec et le foutre. Faut que je me calme, sinon je vais gicler… Je regarde son gland qui est en effet rouge et énorme. Je me mets alors à mon tour sur le dos, la pine également dressée…. Il s’accroupit à côté de moi et me prend la pine. Je tends ma main vers la sienne….Elle est belle et pleine, lui dis-je. Oui me dit il, pleine de tout…tu aimes les douches dorées ? Bien sûr, qui n’aime pas… !

Tu veux où ? Où tu veux, lui dis-je, mais j’aime bien dans le cul et sur les couilles. Accompagnant geste et parole, je me remets à 4 pattes, offrant ma croupe non plus au soleil mais à sa pine. Et en quelques instants je sens le jet dru chaud et puissant m’inonder le cul et les couilles… Et ça n’était pas une petite douche…son dard n’en finit plus de se soulager, comme moi il le fait en érection… Au soleil, le parfum est fort, acre, sauvage, excitant… je me retourne pendant qu’il se soulage encore et je prends sur la pine et le ventre la fin de son besoin de mâle… Je suis trempé, je regarde en bandant les dernières gouttes s’échapper de son prépuce….
Sa pine s’est un peu ramollie mais elle est encore épaisse. Je la prends en main et la branle vigoureusement. Très vite il rebande dur et son gland laisse échapper un pré-sperme épais et mousseux… son bassin commence à onduler, je lis dans ses yeux que je ne dois plus arrêter. J’intensifie ma branlette jusqu’à ce que quelques jets épais viennent s’étaler sur mon ventre mes couilles et ma poitrine….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *