Une séance de Kiné spéciale

Une séance de Kiné spéciale
Avec ces multiples parties de jambe en l’air, je me suis faite une sorte de contracture dorsale.
Je prends rendez-vous et je m’y rends avec mon mari.
Il nous reçoit très courtoisement. Je lui explique que j’ai du faire un faux mouvement sans lui préciser comment cà c’est passé.
« Bien voyons ça. Déshabillez-vous ! »
Je me retrouve, sans aucune gêne, en string et en soutien gorge devant le praticien et mon mari. Le praticien toussote et me demande de me mettre nue pour mieux apprécier ma posture. J’hésite un peu et m’exécute.
Une séance de Kiné spéciale 2
« Bien. Maintenant, marchez de long en large dans la pièce. »
Je fais quelques aller et retour, un peu gênée devant cet homme qui semble plus intéressé par mes seins qui se balances que par ma posture.
« Bien marchez en mettant vos bras à l’horizontal et ensuite en l’air. »
Je le fait et me sens très exposée et ridicule. Les deux hommes se regardent comme complice de se spectacle très attrayant. Mais je ne dis rien, même si je ne vois pas l’intérêt de la chose.
Sur un ton très pro, il me fait prendre des poses qui dévoile ouvertement mon intimité. Je remarque la bosse qui déforme son pantalon. Mais il continue à me diriger comme un pantin.
« Tenez-vous droite ! Jambes écartées !… Plus que ça allons ! Huuum Bien.. Bien…Penchez vous en avant et touchez le sol. »
Dans cette position obscène, il dit à mon mari :
« Cette position est intéressante. Il en dit long sur votre épouse. Montez sur la table de travail et mettez vous à quatre pattes les cuisses écartées et cambrez-vous.»
Cette foi, je n’ai aucun doute. Il ne veut que me mater devant mon mari. Là, il expose à mon homme :
« C’est une position parfaite pour les femmes comme elles. Voyez comme ses atout son mis en valeurs devant nos visages. »
Cette position gênante devant ce type commence à m’exciter. Il en peux faire autrement que de remarquer que ma fente est humide. Il demande à mon mari :
« Vous permettez ? »
« Faite ce que vous avez à faire. »
Il glisse une main entre ses cuisses pour constater que je suis trempée. Il ne dit rien mais fait un clin d’œil complice à Alain en lui montrant sa main luisante de cyprine.
Ses mains pleine de mouille, il commence à me palper les seins.
Une séance de Kiné spéciale 3J’ose lui dire :
« Mais c’est au dos que j’ai mal Monsieur ! »
D’un ton sec il me réplique :
« Vous allez peut-être m’apprendre mon boulot ? »
Je me tais et le laisse continuer son investigation. Ma respiration devient plus rapide et je pousse un petit couinement lorsque un de ses doigt s’insinue entre mes lèvres intimes.
Alain s’approche pour mieux profiter du spectacle que j’offre malgré moi. Il peut lire dans mes yeux de la détresse mêlé au plaisir de ces doigts indiscrets.
« Passons aux choses sérieuses ! »
Il sort sa queue et la dirige vers ma bouche dont il force un l’entrée. Je regarde mon mari qui me fait signe d’obéir. J’ouvre la bouche et commence à le sucer avec conviction alors qu’il me pince les tétons.
Satisfait de ma docilité, il abandonne ma bouche, et claques mes fesses tendues et offertes avant de fouiller outrageusement ma grotte d’amour. S’en est trop pour moi. Cette investigation me fait brusquement hurler de jouissance trop longtemps contenue. Sans me laisser le moindre répit il m’enfourne avec son engin et me ramone vigoureusement.
Alain se masturbe en voyeur. Cette foi-ci, il est passif et ne veut que profiter du spectacle de sa femme entrain de se faire mettre par le praticien.
Il se retire au dernier moment et, se plaçant devant mon visage, il jouit en crachant de longs jets de sperme qui m’asperge la figure et mes cheveux.
C’est trop demander à mon mari. Il craque et vient prendre place dans ma bouche pour tout me lâcher. J’avale sa liqueur avec un plaisir intense.
Le praticien me donne une grande claque sur les fesses en disant froidement :
« Ca fait 60€ ! »
Les jambes en flanelles, je quitte le cabinet de ce drôle de Kiné aidé par mon mari.
Je n’ai plus mal au dos, bizarre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *