Des études poussées

Ayant trouvé une place dans une université parisienne, je quittais mon patelin pour habiter chez mon père le temps de trouver un logement proche de mes cours, il vivait en banlieue sud proche des transports c’était pratique pour rejoindre le campus; divorcé de ma mère mais resté en très bon terme, il avait refait sa vie avec une autre femme d’une quarantaine d’année assez indépendante, directrice d’agence bancaire, sportive et pratiquant le yoga
De par sa situation professionnelle, mon père se trouvait souvent en déplacement pour des durées variables, cela leurs convenait ainsi à tout les deux
Ma belle mère se chargeas de m’accueillir, mon père étant absent
L’installation se passa plutôt bien puisque j’avais ma chambre avec salle de bain, fenêtre sur le jardin où était entreposé des accessoires de fitness et une piscine, le luxe pour moi.
j’allais rejoindre ma belle mère Charlotte qui préparais le repas du soir dans un justaucorps de yoga, je patientait en compulsant des petites annonce de logement et en matant son cul que le body cachait partiellement puis je dressais la table en allant chercher les assiettes et les couverts pour admirer le coté face, le body très échancré avait du mal à caché tout ses poils et je pouvais distinguer ses tétons bombé sous le tissus, je sentais que j’allais me plaire ici, Charlotte était très attentionnée et d’une gentillesse extreme .
Le matin je profitais de la voiture pour aller en cours, elle me déposais à la gare, nous nous levions à la même heure pour prendre le petit déjeuner, j’aimais beaucoup ce moment convivial et sa nuisette transparente mais pas trop, sa poitrine libre ballottait doucement après chaque mouvement et je me régalais de la voir beurrer ses tartines grillées puis je la suivais du regard quand elle montais l’escalier pour aller se préparer, l’occasion de voir une partie de ses fesses probablement surmonté d’un tatouage dans le bas du dos; je ne manquais pas non plus un coup d’oeil sur sa lingerie qui séchait dans le garage en majorité de dentelle blanche .
Charlotte de part son poste me trouva un petit boulot de gardiennage de chien que j’allais promener le temps que leurs maitres rentre, ça fait un peu d’argent de poche et me permet de participé au moins à financer un peu mes repas et l’entretien de ma chambre ce qui ne fait pas de moi un sdf, un peu de savoir vivre .
Je mettais beaucoup moins d’enthousiasme à me trouver un appart du coup, l’ambiance me plaisait et le confort aussi .
Un samedi soir, Charlotte m’annonce qu’elle à une soirée chez des amis, j’allais donc me débrouiller pour mon repas; et la voila parti dans son tailleur super sexy une valisette en cuir .
Une opportunité pour aller dans sa chambre fouiller son tiroir à sous vêtements ainsi que dans le linge salle pour renifler ses culottes souillées pour me branler en reniflant l’odeur de sa chatte .

j’avais envie d’en voir plus, sachant qu’elle dormait d’un sommeil de plomb pour l’avoir entendu ronfler lors de mes promenade nocturne pour aller aux toilettes, une nuit je m’introduit dans sa chambre à pas de velours muni d’une petit lampe, ses fortes inspirations m’autorisait à passé à l’action, je voulais juste voir pour cette nuit, l’excitation était suffisamment forte pour me branler après, je bénissais l’inventeur de la couette qui permet se genre de méfait, Charlotte était en chien de fusil, position idéal pour en voir un maximum, un boxer en dentelle blanche avec fourrure naturelle, ma bite raide collé contre mon ventre força le passage sous l’élastique de mon caleçon, magnifique vision que je gardais en tête pour me soulager dans les toilettes .

Le samedi suivant, Charlotte s’absentait encore pour un diner chez des amis, tailleur et valisette compris, j’appliquais la même routine en m’attardant dans le tiroir à culotte pour en passer une et me branler ainsi vêtu, sentir le tissus plaqué sur mes fesses m’a fais éjaculer presque aussitôt .
Et le lendemain matin au petit déjeuner, c’est une tout autre personne qui était en face de moi .
« Comment tu trouve mes culottes Richard ? »
« Hein tes culottes …!?! »
« Tu as fouillé dans mes culottes !!! »
« Bien sur que non »
J’avais déjà pris une claque dans la gueule mais celle là m’a fait tourner la tête, je regardais vite mon café pour éviter son regard .
« Tu as fouillé dans mes culottes !!! »
« Oui » lui dis je sans quitter ma tasse des yeux
Et la, je pris la même mais de l’autre coté puis je senti monter la honte, je me mordais les lèvres .
« Comment tu trouve mes culottes Richard ? »
« …….elle sont très jolie » avouais je les yeux planté dans mon café
«  Tu es plutôt coton ou dentelle Richard? »
« Plutôt coton »
« Hein !……plus fort » dit t’elle
« PLUTÔT COTON »
« Blanche ..? rose… ? noire ….?
« Rose ou blanche à fleur » précisais je
« Et mes culottes souillées Richard, tu as fouillé dans mes culottes sales aussi ?….. tu aime aussi mes culottes souillées ? »
Je devais être complètement rouge de honte tellement ma tête était bouillante .
« Et bien j’attend !!! »
« Oui aussi »
« Tu as du mettre ma culotte sous ton nez et sentir l’odeur de ma chatte alors…hein Richard ? »
« Oui j’ai senti tes culottes aussi »
« Et tu as léché les taches sur le gousset, tu aime le gout de ma chatte Richard ? »
« Oui j’ai aimé »
« Et le cuir Richard ….tu aime le cuir ? »
« Comme vêtement ? »
Et comme je regardais toujours ma tasse, je n’ai pas vu arrivé une autre tarte dans la gueule aussi violente que les précédentes
« C’est moi qui pose les questions !!! »
« Je sais pas » lui dis je en frottant ma joue
Sans un mot, Charlotte se lève, se dirige vers le garage et revient avec la valisette en cuir .
« et bien on va voir ça mon garçon…..debout et à poils….baisse ton caleçon et le haut aussi, hop …A POIL !!! »
J’avais du mal à coordonner mes mouvements, une fois le t-shirt enlevé, j’eu toute les peines du monde à baisser mon boxer .
« J’ai dit à poil il me semble non ?…..nu si tu préfère »
Mes pouces était placé sous l’élastique mais la détente des bras ne voulait pas s’exécuter .
« Très bien je vais le faire » dit elle après avoir sorti un martinet en cuir de la valise .
Charlotte s’agenouilla devant moi et baissa mon caleçon rapidement.
« Voila donc la responsable de tout ça, on s’occupera d’elle plus tard » dit elle en la tenant du bout des doigts par le prépuce .
« As tu avoué toutes tes fautes Richard, n’y a t’il pas quelque chose que tu me cache encore….j’écoute ? »
« Une nuit …. je suis rentré dans ta chambre pendant que tu dormait … »
«  Et ? » dit elle pour me presser de parler tout en s’amusant à décalotter mon gland .
« J’ai regarder ton cul sous la couette » 
«  Et …? »
« Et je me suis masturbé après »
Charlotte lâcha ma bite se remise debout en un éclair
« Tu as osé te branlé sur moi !!! »
Elle baissa sa culotte à mis cuisse et dandina ses jambes pour finir de la faire tomber.
« Ramasse et donne la moi » dit elle sèchement
Charlotte porta sa culotte sous son nez .
« Mmmmmm elle va te plaire celle ci, toute les odeurs que ma chatte a produit cette nuit avec une note d’urine très subtile, tu va adorer »
elle roula sa culotte en boule et me la colla dans la bouche, puis elle pris une chaise, s’assis et tapa sur ses genoux .
« Tu as avoué tout les chefs d’accusation, place à la peine encouru ….fessée cul nu, installé toi »
Sa main claquait mes fesses avec v******e toute les cinq secondes qu’elle entrecoupait de caresses et pendant quelle me donnait ma correction, elle pris le soin de justifié sa domination sur moi dans un long monologue avec un calme presque apaisant .
«Tu vois Richard, tu pouvais pas me faire plus plaisir en agissant de la sorte, étant maniaque, je m’aperçois tout de suite si les choses changent de place, je suis ce que l’on appelle une maitresse, je prend du plaisir à dominer….surtout les hommes consentent et j’aime les humiliés quand il ne le sont pas, c’est ton cas, merci pour ce moment, je voudrais aller plus loin avec toi, j’ai un hobby ….j’encule les mecs, c’est mon péché mignon et aux vues des faits qui t’accable, tu mérite à mon avis cette sentence pour que l’humiliation soit parfaite, mais avant cela, je dois suivre le protocole.
Elle écarta mes fesses et sonda la souplesse de mon anus avec un doigt puis se saisi de la valise en cuir posé au pied de la chaise .
«Debout …….pour commencer on va mettre un collier avec une laisse comme les toutous que tu promène, ensuite une cage pour ton oiseau ….faudrait pas qu’il s’envole ….voila suis moi » dit elle en prenant la valise en cuir .
Nous prenions la direction de sa chambre puis elle eut un temps d’arrêt et fit volt face .
« Tu ne m’a pas dit quel gout avait ma culotte ?…..pas trop forte?…la couleur te plait ça va ?…j’ai des nuits agitées je contrôle pas ma production vaginal »
Je faisait oui de la tête et elle tira sur la laisse pour monter l’escalier et arrivé dans la chambre elle me fit mettre a genoux le torse sur le lit puis sorti de la valise un petite bouteille de liquide transparent qu’elle appliqua sur ses mains .
« Voyons voir la taille de bite que tu peux prendre » dit elle un m’enfonçant un doigt dans le cul, « Mmmmm …un cul vierge, décidément tu fais tout me rendre ça agréable .»
Charlotte enleva sa nuisette en satin blanc et sorti de la valise des bas en résille, un corset en cuir et un strapon et s’équipa prestement .
«  Moi maitresse Charlotte condamne le dénommé Richard, pour violation de ma vie privée, à la sodomie non consenti »
Ses mains se posèrent sur ma taille et je senti le god s’introduire par petites saccades pendant un cours instant avant de m’empaler complètement de grand coups de reins puis elle libera ma bouche de sa culotte .
« Répète après moi, oui maitresse encule moi j’ai sali ton honneur »
« Ouiiiiiii …..mai..tresse en …culemoi ….. j’ ….ai sali ….ton…hon…eur »
« Encore !!! »
« Ou…..ii maitresse….. encu….lemoi …j’ai sali….t…on …honneur, ça f…ait ….mal …arrè…t ..je te
….en….prie »
« Tu te soumet à ma volonté ? »
« Ou…..iiii …je …me ….soum…et……….arrêt …t….si …il…te…plait »
« Mmmmm……délicieux, le père et le fils » dit elle
Charlotte libera mon cul enleva le strapon et s’assit sur le lit les cuisses écartées, empoigna ma tête par les cheveux et colla mon visage sur sa chatte poilu .
« Nettoie ton oeuvre …..lèche ma chatte….. bois mon jus….bouffe moi la chatte….bouffe ma chatte….bouffe bien….elle est bonne ma chatte ….mon cul ….oubli pas mon cul ….lèche mon cul …. lèche mon cul ma chatte … suce bien mon jus»
Et puis tout d’un coup, Charlotte tira ma tête en arrière et me fit un grand sourire .
« Va te laver !!! » puis elle entra dans sa salle de bain
« C’est fini ? » dis je tout pinaud
« Oui va te laver »
Je n’osais pas redescendre après ma douche jusqu’a ce que Charlotte m’appelle .
« Richard ….tu descend ? »
Elle était en train de feuilleté un magazine dans le canapé quand j’arrivait timidement.
« A enfin… tu viens t’asseoir ? »
« Est-ce qu’il faut que je garde ça ? lui dis je en montrant la bosse dans mon pantalon
« A oui suis je bête, non viens là que je l’enlève »
Charlotte pris les clés du cadenas dans la valise en cuir, baissa mon pantalon et libera mon sexe
« Des questions ? »
« Heu…non dis je troublé ….tu dira rien à mon père ? »
« Ton père…..ha ha c’est comme ça que je l’ai connu, il est encore plus vicieux que toi, t’as mère ne le satisfaisait pas au lit, c’est pour ça qu’ils se sont quittés, maintenant j’encule ton père régulièrement, il adore ça…..tu remballe ton engin ou tu le laisse dehors toute la journée ? »
« Ha oui pardon »
Et je remballais ma bite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *