Une chute de vélo Episode 2 : Le retour chez Juli

Histoire réelle, imaginaire ou un mix des deux ? Allez savoir …

On quitte le parking de l’hôpital, Julie me guide à droite, tout droit …
On arrive a la pizzeria qu’elle connait bien me donne sa commande, je rentre passe commande, règle et repars a la voiture le temps que la pizza soit prête tenir compagnie à Julie et en profite aussi pour laisser discrètement mes yeux se promener sur le coté de son corps qui n’a pas été impacté par sa chute. Malgré la vidange quelle ma faite tout a l’heure je suis de nouveau prêt pour une nouvelle séance.
Je dois cesser progressivement ces observations pour aller récupérer les pizzas et on repart dans la direction de son appartement. Arrivé devant son immeuble je me gare au plus prés de son entrée. Je l’aide à sortir de la voiture et je la prends dans mes bras pour l’emmener chez elle.
Elle n’avait pas menti. Il y a bien 4 étages sans ascenseur.

Arrivé au second étage, je commence a faiblir :
-Je fais une pause tu peux tenir debout sur un pied ?
-Oui bien sur
-C’est que je ne voudrais pas que tu retombe a nouveau…
-Ah non j’ai eu mon compte pour un moment !

Apres 2 min de pause, on repart
-Attend me dit Julie, on va changer je vais pouvoir t’aider.
-Comment ?
-Mets-toi face à moi !
Je m’exécute et dans cette position je fais une bonne tête et demie de plus qu’elle. Elle met ses bras autour de mon cou et m’embrasse rapidement.
– Voila soulève moi comme ca.

Mes mains sous ses cuisses je la soulève sans effort et je reprends l’ascension, Julie s’est plaquée contre moi et je peux ressentir son corps contre le mien, ses seins son visage blotti dans mon cou, ses cuisses fermes dans mes mains sa jambe valide enroulée autour de mon bassin. Je pense quelle a choisit cette position autant pour m’exciter que pour m’aider. C’est réussi ! Je bande de nouveau, j’essaye d’éviter tout contact entre elle et ma bosse. A chaque palier j’ai droit à un baiser enflammé.
-Récompense ! me dit-elle à chaque fois !
Je veux bien ajouter encore quelques étages, c’est vrai quelle semble plus légère ainsi à moins que ce ne soit ses baisers…

On arrive a son palier, le dernier, je la dépose délicatement elle ouvre la porte et sautille jusqu’au canapé dans lequel elle se laisse tomber plus qu’elle ne s’y assoit.
-Je vais chercher les pizzas dans la voiture.
-Tu peux laisser la porte ouverte Hervé !
Je descends les escaliers en vitesse pour les remonter rapidement et être à nouveau avec elle plus que pour éviter que les pizzas refroidissent.
Quand j’arrive elle est au téléphone avec Romain pour lui donner des nouvelles.
Elle le charge de prévenir les autres afin de pouvoir se reposer.
-Hervé, tu peux prendre les couverts dans la cuisine ? Et des verres ! Il y a une bouteille de jus de fruits dans le frigo si tu veux! Merci !
Elle continue à me donner les instructions et j’aime entendre sa voix, le ton n’est pas directif c’est bien des indications et non des ordres.
Son appartement est sobre mais agréable, propre et bien rangé.

On mange rapidement en échangeant des banalités. C’est seulement a ce moment la que je remarque que j’avais faim.
-Tu veux un café me dit elle ?
-Non merci Julie, il est minuit passé, j’ai presque 1h de route pour rentrer chez moi. Je ne vais pas trainer.
-Alors raison de plus de prendre un café, je ne voudrais pas que tu ais un accident en rentrant… Tu as été tellement gentil avec moi aujourd’hui, je ne voudrais pas être obligée de retourner à l’hôpital pour te revoir…
-C’est tout à fait normal Julie, je ne pouvais pas te laisser dans cet état au bord de la route
-Non je ne parlais pas de ca Hervé …
-Heu…
Je réfléchis rapidement, ou veut elle en venir ?
-Quand je suis resté avec toi à l’hôpital ?
-Non plus !
-La pharmacie alors ?
-Mais non gros beta !

Je ne maitrise plus rien, moi qui suis toujours plein d’assurance, je ne sais plus quoi penser. Elle ne parle quand même pas de ce qui c’est passé dans la voiture avant le départ de l’hôpital ?
Plein de choses se bousculent dans ma tête je n’arrive plus a réfléchir correctement et la fatigue n’y est pour rien.
Elle me regarde avec un petit sourire indéfinissable qui achève de me faire perdre pied.

-Vient prés de moi Hervé…
Je me rapproche, elle se blottit contre moi.
-Depuis que je suis monté dans ta voiture je vois bien que je te fais de l’effet. Tu as bandé presque tout le temps…
-Heu… Tu es très mignonne …
Je me sens ridicule immédiatement après avoir dit ca.
Cette fille est une bombe.
Réellement ! Une bombe de petit calibre mais d’une très grand puissance et d’une efficacité redoutable quand je repense au parking de l’hôpital. Et elle doit le savoir. Et en jouer aussi certainement…

-Pas un seul instant tu n’as cherché à abuser de la situation, a profiter de moi, tu es un vrai gentleman…
-Heu merci…
Je ne m’attendais pas à ca mais je suis soulagé.
-et quand on est sortit de l’hôpital, c’est presque moi qui ai abusé de toi dans ta voiture … Habituellement c’est l’inverse, je dois repousser tous ces lourdauds qui ne pensent qu’a une chose…
Je me doutais bien de ce a quoi ils pensaient, cela m’avais aussi traversé l’esprit.
Mais je comprenais maintenant ce qu’elle était en train de m’expliquer à demi mots. Elle ne cherchait pas à profiter de sa situation de bombe, cela devait même lui peser.

-Je me sens bien avec toi Hervé… Dis, tu veux bien rester avec moi cette nuit ?

Entendre sa voix douce me murmurer ces mots si bas presque chuchotés comme si c’était interdit a eu pour effet d’emballer mon rythme cardiaque et de me laisser sans voix.
Je suis littéralement déchiré entre mon envie de lui dire oui et la peur.

Oui la peur.

Celle de devenir un gros lourd, celle de la froisser en refusant et surtout quelle ne veuille plus que l’on se revoie. J’ai envie d’elle, de sexe avec elle mais pas que …
C’est tellement rapide comme relation, j’ai l’impression de redevenir un ado maladroit devant sa première fille…

-Tu ne réponds pas ???

Je perçois de l’inquiétude dans sa voix, mon cœur s’emballe encore, j’ai l’impression d’avoir couru un sprint de 2 kms…

-Je ne connais presque personne ici et je sens que je ne risque rien à te garder ici cette nuit. Il est tard, tu es fatigué et je ne t’ai pas encore remercié pour t’être occupé de moi aujourd’hui. Peu auraient fait de que tu as fait. S’il te plait Hervé…

-Et tes amis ? Ne me dis pas qu’ils t’auraient abandonnée au bord du chemin !

-Non mais je me doute bien que Julien n’a qu’une envie avec moi, il a déjà couché avec presque toutes les filles du groupe.
-Presque toutes ?
-Oui, il est frustré de ne pas m’avoir eue dans son lit. Il n’arrête pas de me tourner autour. Si tu n’avais pas été la, je ne sais pas ce qu’il aurait pu inventer pour me reconduire et me sauter.
-Ah je comprends pourquoi il ne voulait pas que je te conduise à l’hôpital a présent.
-Et puis qui va m’aider pour aller chercher mes béquilles ?
-Ah oui !
-Alors tu restes ?

Elle a fait tomber toutes mes résistances une a une…
-D’acc ! Ton canapé a l’air confortable !

Julie se jette presque contre moi pour me serrer dans ses bras. Je ressens une sensation proche de l’ivresse, pourtant je n’ai bu que du jus de fruits.
Mon pantalon est toujours aussi gonflé, mon pouls aussi rapide. Il faut que je me calme.

-Je vais débarrasser et faire la vaisselle, si tu permets.
-Non ! Je ne permets pas ! Tu es mon invité, mon saint Bernard, ce n’est pas a toi de faire ca !
-Ah ? Et comment tu vas faire ? Tu n’es pas en état de marcher !
-Non ! Tu ne débarrasses pas … Tu es bien trop excité pour ca …

Une boule vient de naitre dans ma gorge, mon ventre est en feu …

-Mais non, je t’assure…
Pour toute réponse elle me pousse gentiment sur le coté, rampe pour amener son visage au dessus du mien et me regarder fixement, intensément. Elle est magnifique, bandante, ses yeux verts en forme d’amande me font craquer, je suis pétrifié et en train de tomber amoureux …

Elle m’embrasse tendrement et de sa main valide me caresse l’entrejambe.
Je suis tétanisé, je suis incapable de faire le moindre mouvement tellement je redoute ce qui va arriver.
Elle doit ressentir que je suis mal a l’aise. Elle se redresse et me fixe à nouveau

-Tu es homo ??

Une douche froide, glacée parcours mon dos…

-Non ! Qu’est ce qui te fait penser ca ?
-Toi !
-Moi ?
-Oui ! On dirait que tu me fuis … Que je te fais peur… Tu es puceau ?
-NON NON !!
-Alors que se passe t il ? Tu n’as pas envie de moi ?
-Si mais …
-Mais quoi ?
-C’est … Je … Je … Tu es …

Bon sang pourquoi pas un mot cohérent ne sors de ma bouche ?
Je prends une grande respiration et je ferme les yeux…

-Je … Je n’ai jamais … rencontré une fille comme toi. J’ai envie … de … de te revoir… je ne veux pas briser … ce que je ressens pour toi depuis l’hôpital… voila…

Ca y est j’ai réussi à sortir le morceau. Je suis entre soulagement et crainte de sa réaction…
Un sourire divin se dessine lentement sur son visage et ses yeux qui me dévisagent.
-La pipe dans ta voiture ?
-NON NON ! Avant ! L’attente d’avoir de tes nouvelles, de savoir comment tu allais, et surtout quand tu m’as fait venir dans la salle d’examen et que tu m’as prise dans tes bras…
-Et la pipe aussi !
-Non Julie, même sans ca je serai ici quand même, moins fatigué c’est vrai, mais cela n’aurai pas changé grand chose, je t’aurais conduis ici… Mais je t’accorde que c’est la meilleure pipe de ma vie !

-Je vais t’en faire une autre, tu l’as bien méritée !
-Julie non, s’il te plait !
-QUOI ???
-Ne te fâche pas ! J’en ai très envie, personne ne m’a jamais sucé aussi bien que toi. Mais pas comme récompense… Tu comprends ??? J’aurais l’impression d’être avec une professionnelle du sexe et ça gâcherai tout…
-Ooohhh tu es trop chou !!

Elle m’embrasse à nouveau fougueusement et longuement et je lui rends son baiser, je suis libéré de cette crainte de la perdre.

Elle descend embrasser mon cou ses mains s’aventurent sous mon t-shirt, elle me caresse les abdos, le torse. De mon coté je lui caresse le dos, les épaules en évitant soigneusement les plaies et les pansements. Je ne veux pas lui faire de mal au contraire…
Elle dégrafe à nouveau les boutons de ma braguette un par un, sa tête se glisse sous mon t-shirt sa joue se pose sur mes abdos, sa peau est si douce contre moi…
Elle a sorti mon sexe de mon pantalon et commence à me branler doucement.
Sa tête se rapproche de mon bassin et elle commence à me lécher la base de ma queue poilue pour remonter jusque sur le gland. Je sens bien sa langue passer devant, derrière revenir faire le tour, s’attarder un instant sur une zone pour repartir un peu plus loin. C’est encore mieux que dans la voiture !
Sa main malaxe mes bourses de plus en plus fermement, lorsqu’elle gobe entièrement mon sexe …
Je suis tout au fond de sa gorge, elle serre sa main plus fort autour de mes couilles et commence les va et viens. Sa bouche me donne l’impression d’être sucé par plusieurs endroits elle utilise tout : langue, lèvres, joue. C’est extraordinaire comme elle suce bien. Ma main est a présent descendue sur sa fesse qui n’a pas souffert de la chute. Une fesse ferme ni maigre ni grosse, que je devine lisse sous le tissu. Je peux deviner les contours de sa culote sous le short, je suis la piste jusqu’a toucher son autre jambe. Je remonte le long de sa raie tandis quelle me pompe toujours avec la même énergie et détermination. Encouragé par ses petits gémissements, je continue a explorer son fessier je mémorise ses contours dans ma mémoire ainsi que les sensations qu’elle me procure en me suçant a présent plus lentement mais plus fermement.
Je serre un peu ma main sur sa fesse en gémissant de plaisir de plus en plus fort. Elle accroit la pression autour de mes couilles et de mon sexe que je n’ai jamais senti aussi tendu et gonflé, c’est limite douloureux.
Je me retiens je veux faire durer ce moment de pure extase. Sans lâcher mes couilles sa main se dirige vers mes fesses et mon trou, je sens un doigt s’aventurer jusqu’a ma rondelle et jouer très doucement dessus. Sensation nouvelle. Personne ne me l’avait fait avant. Rien à voir avec les essais que j’avais fait tout seul.
Julie me fait un bien fou ! Je ne peux plus me retenir je sens la pression interne monter très vite, les vannes ne vont pas tarder a lâcher…

-Ohhhh Julie….. Ouiiiiii…
Elle presse un peu plus son doigt sur ma rondelle, relâche la pression de mes testicules et me prend a nouveau entièrement en bouche au moment ou le 1er jet puissant remonte ma tige en feu comme la lave remonte le puits d’un volcan. Sa bouche s’immobilise, il ne reste que son doigt qui fait des ronds sur mon trou et sa langue qui s’agite dans tous les sens sur mon frein …
-OUIIIIIII !!!
J’ai crié et j’ai craché plusieurs longs jets dans sa bouche…
Cette fois ci, elle n’a pas attendu la dernière goutte, et remonte rapidement vers moi pour me rouler une pelle avec mon sperme dans sa bouche…
Je sens mieux le gout à présent, encore une sensation nouvelle, nous partageons ma sève et Julie se blottit contre moi.

J’ai du mal à reprendre mes esprits, je suis vanné.
Ces quelques minutes m’ont épuisé…

Quelques instants plus tard Julie romps le silence.
-Alors, tu veux bien rester avec moi cette nuit ?
-Oui bien sur. Et je suis trop épuisé pour rentrer chez moi à présent…
-Merci tu es vraiment chou. Tu veux bien me porter dans le lit ?
-Avec grand plaisir.
Cette porte la, me dit elle.
Je la prends délicatement dans mes bras et la conduit dans sa chambre…

A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *